Section IUne vie

Résultat de plusieurs années de recherches minutieuses, notre biographie exhaustive de Richard Wagner rassemble la plupart des informations connues à ce jour sur la vie du compositeur de la Musique de l’Avenir. Ces informations proviennent notamment des propres écrits du compositeur, ainsi que de correspondances et informations recueillies par les témoignages écrits de ses proches.

Réparties en neuf périodes, chacune de ces sections permet d’accéder à la chronologie complète, année après année, du compositeur.

Retour à l'accueil

1847

11 février 1847
Richard Wagner reprend son travail sur l’orchestration du troisième acte de Lohengrin, en même temps qu’il prépare les représentations d’Iphigénie en Aulide de Glück

22 février 1847
Représentations d’Iphigénie en Aulide de Glück au Semperoper de Dresde, sous la direction musicale et dans la mise en scène du compositeur : Wagner fait ses preuves en tant que régisseur. Il est également mis à contribution pour « venir très souvent en aide au décorateur et au machiniste » (Mein Leben). L’ensemble reçoit « un succès exceptionnel » (Mein Leben). Fort de ce succès, Wagner acquiert une certaine notoriété dans la manière de diriger les productions scéniques.

5 mars 1847
Richard Wagner achève l’ébauche d’orchestration du troisième acte de Lohengrin.

Dimanche des Rameaux 1847
Reprise au concert de la Neuvième Symphonie de Beethoven.

Début avril 1847,
Wagner déménage pour un appartement en location (et un peu moins cher) au sein du Palais Marcolini à Dresde.

MVRW-Palais-Brugl-Marcolini-Dresden

 

Eté 1847,
« L’été s’acheva sur le dernier acte de Lohengrin » (Mein Leben)

Du 12 mai au 8 juin 1847,
Richard Wagner travaille sur l’ébauche de l’orchestration du premier acte de Lohengrin.

Du 18 juin au 2 août 1847
Richard Wagner travaille sur l’ébauche de l’orchestration du deuxième acte de Lohengrin.
En parallèle à la composition de Lohengrin, Wagner se plonge dans la (re)découverte des auteurs de l’Antiquité grecque : Eschyle, Aristophane, Platon…
Puis c’est à cette époque que le compositeur découvre les écrits de la mythologie nordique et germanique. C’est ainsi qu’il fait la découverte du Nibelung et du Heldenbuch, puis l’Edda et les Cahiers (la Wälsungasaga).

Début août 1847,
La composition de Lohengrin est enfin achevée.

10 août 1847
Wagner envoie sa lettre de démission à von Lüttichau : “Je demande de bien vouloir prendre en considération le fait que, dans les circonstances présentes et à la suite des expériences que j’eus à faire, mon souhait de quitter mon poste actuel de maître de chapelle ne peut être que sincère.” (Lettre à von Lüttichau)

28 août 1847
L’ébauche d’orchestration du Prélude de Lohengrin est achevée en dernier.

18 septembre 1847
Wagner se rend à Berlin afin de superviser les préparatifs aux représentations de Rienzi.
NB : Wagner en quête de reconnaissance hors la ville de Dresde propose à l’Opéra de Berlin (Théâtre Royal) de faire représenter Rienzi, après avoir envisagé dans un premier temps Tannhäuser, idée qui fut vite abandonnée au profit du premier.

24 octobre 1847
Première berlinoise de Rienzi à l’Opéra de la Cour, sous la direction du compositeur.
Deux autres représentations sont encore placées sous sa baguette, mais on refuse au compositeur de lui verser ses honoraires pour la préparation de l’œuvre, sous prétexte qu’elle a eu lieu à “sa demande” et non “sur invitation”.
C’est une nouvelle désillusion pour Wagner à qui le Roi – qui n’avait pas daigné assister en personne aux représentations de Rienzi – a refusé une audience privée.

6 novembre 1847
De retour à Dresde, Richard Wagner reprend ses activités à l’Opéra.

Retourner à Une Vie IV. Dresde et les grands opéras romantiques (1842-1849)