Section IUne vie

Résultat de plusieurs années de recherches minutieuses, notre biographie exhaustive de Richard Wagner rassemble la plupart des informations connues à ce jour sur la vie du compositeur de la Musique de l’Avenir. Ces informations proviennent notamment des propres écrits du compositeur, ainsi que de correspondances et informations recueillies par les témoignages écrits de ses proches.

Réparties en neuf périodes, chacune de ces sections permet d’accéder à la chronologie complète, année après année, du compositeur.

Retour à l'accueil

1857

20 janvier 1857
Richard Wagner termine l’ébauche de la composition de Siegfried (Le jeune Siegfried)

5 février 1857
L’ébauche d’orchestration de Siegfried (Le jeune Siegfried) est terminée.

Durant l’hiver 1856-1857,
Otto Wesendonck parle à Richard Wagner d’un terrain dont il a fait l’acquisition, contigu à la Villa Wesendonck où celui-ci réside avec son épouse. Il parle pour la première fois à Richard Wagner de venir s’installer auprès d’eux.

9 mars 1857
Le Dr. Enesto Ferreiro-França, résidant à Dresde, entre en contact avec Richard Wagner.
Dans une longue missive, le brésilien demande à Richard Wagner la composition d’un “opéra dans le style italien” afin de le faire jouer à Rio de Janeiro, et de dédier celui-ci à l’empereur Dom Pedro II du Brésil.

31 mars 1857
Pendant une visite que lui rend Mathilde Wesendonck, Richard Wagner achève le manuscrit original de la partition du jeune Siegfried.

10 avril 1857 (Vendredi Saint)
Alors qu’il se promène sur le terrain en construction de la future maison que lui destine Otto Wesendonck sur la colline d’Enge, à Zurich, la pensée du Vendredi Saint trouble l’esprit du compositeur, touché par la grâce de la beauté matinale. Cet émoi aurait été – si l’on en croit la version romancée de Wagner dans Mein Leben – à la source de l’inspiration de Parsifal.
“Depuis mon séjour à Marienbad, où j’avais conçu Les Maîtres Chanteurs et Lohengrin, je ne m’étais plus jamais occupé de ce poème ; mais aujourd’hui l’idéalisme de ce sujet m’envahissait, me dominait. Partant de l’idée du Vendredi Saint, je conçus rapidement tout un drame que, le divisant en trois actes, j’esquissai sur le champ en quelques traits.” (Mein Leben) Cette première esquisse en prose du scénario de Parsifal aurait aujourd’hui été hélas perdue.

28 avril 1857
Le couple Wagner emménage à “L’Asile”, jouxtant la villa des Wesendonck (qui n’est pas encore achevée). Otto Wesendonck offre la petite maison et le terrain “à vie” moyennant un loyer annuel de huit cent francs.

12 mai 1857
Richard Wagner passe à la mise au net de la partition des éléments terminés de Siegfried.

22 mai 1857
Richard Wagner se sent particulièrement à l’aise dans ce nouvel environnement bucolique, loin du bruit de la ville. Stimulé par ses promenades dans la tranquille vallée toute proche de la Sihl, le compositeur commence l’ébauche de la composition des “Murmures de la Forêt”, qui trouveront leur place au milieu du deuxième acte de Siegfried.

28 juin 1857
Richard Wagner écrit à Liszt : “J’ai conduit mon jeune Siegfried dans la belle solitude des bois, je l’ai laissé là, sous le tilleul, et je lui ai fait des adieux en versant d’affectueuses larmes”.
Richard Wagner décide de se consacrer pleinement à la composition de Tristan et Isolde (Richard Wagner reviendra néanmoins “avec un petit sentiment de remords” au travail de composition du deuxième acte de Siegfried ainsi que le  futur Crépuscule des Dieux, entre le 13 juillet et le 9 août 1857, date à laquelle il met pour une longue période le projet de La Tétralogie de côté.

MVRW Tristan et Isolde1er au 3 juillet 1857
Le couple Wagner reçoit à “L’Asile” un petit cercle d’amis dont Semper, Herwegh, Devrient ainsi que les Wesendonck. Durant ces trois jours, il tente de convaincre son ami Devrient de proposer le projet de Tristan et Isolde à Karslruhe.
Le reste du temps de ces quelques jours sont consacrés à la lecture en petit comité d’extraits du Jules César de Shakespeare ou bien encore du Faust de Goethe.

20 août 1857
Richard Wagner commence la rédaction du brouillon en prose du scénario de Tristan et Isolde.
Dès celui-ci terminé, le compositeur se met immédiatement à la rédaction du poème en vers.

22 août 1857
Les Wesendonck emménagent enfin dans leur propriété, jouxtant celle concédée à Richard Wagner et à son épouse.

5 septembre 1857
Le couple Wagner reçoit la visite de Hans von Bülow et de sa toute nouvelle femme Cosima (que celui-ci a épousé le 18 août 1857), en voyage de noces. Autour de Richard Wagner sont réunies pour la première fois son épouse Minna, Cosima von Bülow et Mathilde Wesendonck.
Au cours de ce séjour, Richard Wagner interprète au piano quelques extraits de Siegfried. Les dames se montrent particulièrement impressionnées. “Cosima écoutait la tête penchée et ne disait rien ; quand on insistait pour la faire parler, elle se mettait à pleurer(Mein Leben)

18 septembre 1857
Richard Wagner remet à Mathilde Wesendonck le manuscrit primitif du poème de Tristan et Isolde.
Cosima se montre moins communicative qu’à  l’accoutumée.

28 septembre 1857
Hans von Bülow et Cosima repartent pour Berlin avec une copie intégrale du poème de Tristan et Isolde.

1er octobre 1857
Richard Wagner entame la composition de la musique du premier acte de  Tristan et Isolde.

30 novembre 1857
Richard Wagner entame la composition du premier des Cinq Lieder sur des poèmes de Mathilde Wesendonck, Der Engel (L’Ange).
C’est l’une des rares fois que le compositeur met en musique des textes écrits par un autre que lui.
L’ensemble de ces cinq mélodies sera connue plus tard sous le nom de Wesendonck Lieder.
Le cycle comprend Der Engel (L’Ange), composé en novembre 1857 ; Stehe still ! (Arrête-toi !), composé en février 1858 ; Im Treibhaus, Eine Studie zu Tristan und Isolde (Dans la serre, étude pour Tristan et Isolde), composé en mai 1858 ; Schmerzen (Douleurs), composé en décembre 1857 ; Träume, Studie zu Tristan und Isolde (Rêves, étude pour Tristan et Isolde), composé en décembre 1857.

4-5 décembre 1857
Richard Wagner met au net la copie du lied Träume (Rêves).

17-19 décembre 1857
Richard Wagner met au net la copie du lied Schmerzen (Souffrances).

23 décembre 1857
(Anniversaire de Mathilde Wesendonck)
À l’occasion de l’anniversaire de son amie Mathilde, Richard Wagner va offrir à celle-ci une aubade dans la villa voisine avec le lied orchestré de Träume (Rêves). C’est la seule pièce du cycle des Wesendonck Lieder à avoir été orchestré de la main directe de Richard Wagner.

31 décembre 1857
Richard Wagner achève l’ébauche de la musique du premier acte de Tristan et Isolde et en remet le manuscrit à Mathilde Wesendonck. La partition porte cette dédicace : “Je dispose tout cela à tes pieds, afin qu’elles (les esquisses) célèbrent l’ange qui m’a porté si haut…”

Retourner à Une Vie V. Les années d’exil et d’errance (1850-1863)