Section IUne vie

Résultat de plusieurs années de recherches minutieuses, notre biographie exhaustive de Richard Wagner rassemble la plupart des informations connues à ce jour sur la vie du compositeur de la Musique de l’Avenir. Ces informations proviennent notamment des propres écrits du compositeur, ainsi que de correspondances et informations recueillies par les témoignages écrits de ses proches.

Réparties en neuf périodes, chacune de ces sections permet d’accéder à la chronologie complète, année après année, du compositeur.

Retour à l'accueil

1836

Janvier 1836
Richard Wagner achève la composition de la partition de La Défense d’aimer.

29 mars 1836
Première de La Défense d’aimer (Das Liebesverbot), WWV38 à Magdebourg, sous la direction du compositeur.
La préparation de les représentations est catastrophique, les moyens financiers de la troupe de l’opéra de Magdebourg menaçant celle-ci de la faillite d’un moment à l’autre.
Juste avant le lever de rideau de la deuxième représentation, donnée semble-t-il devant une assistance composée de trois spectateurs, une bagarre éclate parmi les artistes en coulisses et la troupe se disperse, ne permettant pas la représentation.

18 mai 1836
La troupe de l’Opéra de Magdebourg étant à présent dispersée, faute de financement, Richard Wagner décide de quitter la ville. Le compositeur emporte avec lui un souvenir particulièrement amer de cette expérience à la direction du théâtre de la ville.
Le compositeur entreprend son premier voyage à Berlin afin d’y mener des pourparlers en vue d’y faire représenter La Défense d’aimer, plus précisément sur la scène du Théâtre de Königstadt, une scène de la banlieue berlinoise. Cette tentative n’aura malheureusement jamais lieu.

Entre le 19 mai et le 6 juillet 1836
Richard Wagner compose l’Ouverture Polonia (WWV39), une partition enflammée à travers laquelle le compositeur exprime l’enthousiasme que, étudiant, il avait ressenti pour les combats d’indépendance menés par les Polonais contre l’occupant russe (Nicolas Ier) dans les années 1830 et 1831.  Les débris de la malheureuse armée polonaise traversent Leipzig après la bataille d’Ostrolenka. La maison de son beau-frère Brockhaus, l’éditeur, s’ouvre noblement aux infortunés Polonais, et cette sympathie fait éclore la nouvelle composition musicale dans l’esprit du jeune compositeur, l’Ouverture Polonia.

7 juillet 1836
Richard Wagner entreprend le voyage de Berlin à Königsberg ; on a fait comprendre au compositeur que le poste de Directeur musical de l’Opéra de Königsberg était alors vacant. Le premier contact de Wagner avec la ville de Königbserg n’est pas des plus favorables : “Dès l’abord, l’aspect extérieur de Königsberg me laissa une impression désolante” (Mein Leben).
NB:  Königsberg est depuis 1946 devenu Kaliningrad. Ancienne capitale et centre spirituel de la province la Prusse de 70.000 habitants, la ville commerçante de Königsberg avait été à la hauteur de son importance au 18ème siècle et elle comptait au 19ème siècle plus d’habitants que Cologne, Francfort ou Munich. En 1724 est né à Koenigsberg Emmanuel Kant, qui y a passé toute sa vie.

Pendant tout l’été 1836,
Le compositeur reste dans l’attente de la confirmation de son emploi au Théâtre de Königsberg.

Durant l’automne 1836,
Richard Wagner esquisse le scénario en prose d’un grand opéra Die hohe Braut (La Fiancée idéale), d’après le roman de Heinrich König. Ce drame ne sera jamais porté en musique, il porte néanmoins le numéro 40 dans le catalogue WWV.

1er octobre 1836
Richard Wagner retourne à Königsberg où s’est déjà établie Minna. Le couple Wagner emménage ensemble à Königsberg.

24 novembre 1836
A onze heures du matin, Richard Wagner épouse Christine Wilhelmine (Minna) Planer à l’église de Tragheim à Königsberg. La cérémonie est officiée par le pasteur Johann Friedrich Hapsel.


MVRW Koenigsberg Tragheimer Kirche Kanzel

Retourner à Une Vie III. Les années de jeunesse et d’apprentissage (1830-1841)