Section IUne vie

Résultat de plusieurs années de recherches minutieuses, notre biographie exhaustive de Richard Wagner rassemble la plupart des informations connues à ce jour sur la vie du compositeur de la Musique de l’Avenir. Ces informations proviennent notamment des propres écrits du compositeur, ainsi que de correspondances et informations recueillies par les témoignages écrits de ses proches.

Réparties en neuf périodes, chacune de ces sections permet d’accéder à la chronologie complète, année après année, du compositeur.

Retour à l'accueil

VIII. LA MATURITÉ, PARSIFAL, VENISE (1877-1883)

Miniature-8-Parsifal

L’intégralité du cycle de La Tétralogie a pu être créé au Festspielhaus de Bayreuth, et comble de bonheur pour les premiers wagnériens qui ne purent se rendre sur la Colline Verte – car l’engouement pour la musique de Richard Wagner s’inscrit désormais dans un mouvement artistique à travers toute l’Europe –  Richard Wagner autorise la représentation du cycle du Nibelung hors de Bayreuth. Ainsi renonce-t-il à toute exclusivité de mise en scène et fait rayonner son œuvre dans toute l’Europe, puis bien au-delà. Parmi les « fidèles » autorisés par le compositeur à représenter La Tétralogie (dans un premier temps) en Allemagne, il y a l’impresario Angelo Neumann : celui-ci propose ainsi le Ring au théâtre municipal de Leipzig en 1878, puis au Viktoria-Theater de Berlin en 1881.

MVRW Picto Section 1
Si Wagner renfloue en partie par ce biais les caisses d’un Festival dont la première édition a creusé un déficit d’une importance colossale, c’est dans l’objectif de l’avènement d’une nouvelle œuvre. En vertu du pouvoir créateur de Wagner, 1877 marque en effet la naissance de Parsifal. Œuvre emblématique, moquée par les adversaires du compositeur qui y voient un christianisme mièvre de fin de siècle, véritable chant du cygne pour les autres, la composition de Parsifal commence par l’écriture du poème que le compositeur-dramaturge achève en à peine quelques mois.
Malgré sa brouille avec Nietzsche (qui, entretemps, a fait paraître son Humain trop humain), malgré ses combats  (il s’engage notamment dans une lutte contre la vivisection), malgré les alertes d’une santé préoccupante, Wagner achève assez rapidement, en 1879, la composition musicale de Parsifal.

MVRW Picto Section 1

Wagner organise donc son deuxième Festival et prévoit la création de Parsifal à Bayreuth pour 1882. Le travail est énorme : se mêlent soucis techniques et – une fois encore – financement compliqué. Par ailleurs, un sentiment fortement antisémite s’est largement développé en Allemagne, occasionnant une situation de crise à Wahnfried. En effet, c’est le chef d’orchestre Hermann Levi que Wagner a choisi pour diriger la création de Parsifal. Ce choix ne fait pas l’unanimité et le compositeur reçoit des lettres l’accusant d’entacher ainsi la soi-disant pureté de son œuvre. On accuse en outre anonymement Cosima d’avoir une liaison avec le chef d’orchestre. Levi, blessé, s’éloigne mais il est rattrapé par Wagner : c’est lui qu’il veut pour créer son Parsifal et personne d’autre. Le succès de l’ultime opéra de Wagner est immense, et – phénomène incroyable – pour la première fois, les comptes du Festival sont au vert.

MVRW-Funerailles-de-Wagner-a-Bayreuth

Mais Wagner, épuisé par cette nouvelle composition et cette création dans laquelle il s’est donné corps et âme, retourne à Venise. C’est dans la ville des Doges qu’il s’éteint le 13 février 1883. Le corps est embaumé, la dépouille est rapatriée et Richard Wagner est inhumé en grande pompe à la villa Wahnfried le 18 février. Il laisse derrière lui une veuve éplorée, des enfants encore jeunes, une œuvre monumentale et un Festival à gérer.

MVRW Picto Section 1

NC/SB

 

Vous souhaitez apporter des informations complémentaires et ainsi enrichir cet article, contactez-nous !

 

Retourner à Section I – Une vie