Section IUne vie

Résultat de plusieurs années de recherches minutieuses, notre biographie exhaustive de Richard Wagner rassemble la plupart des informations connues à ce jour sur la vie du compositeur de la Musique de l’Avenir. Ces informations proviennent notamment des propres écrits du compositeur, ainsi que de correspondances et informations recueillies par les témoignages écrits de ses proches.

Réparties en neuf périodes, chacune de ces sections permet d’accéder à la chronologie complète, année après année, du compositeur.

Retour à l'accueil

1822

Eté 1822

L'oncle de Richard, Adolf WAGNER (1774-1835)Richard Wagner passe quelques jours chez son oncle, Adolf Wagner, à Leipzig. Le jeune Richard est fasciné par cet homme, à la fois théologien, traducteur, homme de lettres se livrant à toutes sortes de recherches personnelles : Adolf Wagner prend de l’ascendant sur le jeune enfant et participe de façon notoire à l’éveil de celui-ci.
A l’issue de cet été-là, le jeune Richard rentre à Dresde.

 

2 décembre 1822
Richard Wagner (qui porte toujours le nom de Geyer) entre à la Kreuzschule de Dresde ; il y restera quatre années. Il est admis parmi les derniers mais devient pourtant rapidement l’un des premiers de sa classe.

A l’école, le jeune garçon ne montre aucun goût ni aucune aptitude particulière pour les mathématiques ou bien les langues mortes, en revanche il se montre doué pour la composition, la rédaction, la mythologie et l’Histoire.

Le bâtiment de la Kreuzschule de Dresde (ici à la fin du XIXème siècle)

Richard Wagner écrit à ce propos dans son Esquisse biographique « J’avais onze ans à cette époque. Alors je voulus être poète ; j’esquissai des tragédies sur le modèle des Grecs, poussé par la connaissance des tragédies d’appel : Polydos, les Eoliens, etc. ; cela me fit passer à l’école pour un bon élève in litteris ; en troisième j’avais déjà traduit les douze premiers livres de l’Odyssée. J’appris aussi l’anglais, dans le seul but de pouvoir bien connaître Shakespeare ; je traduisis métriquement le monologue de Roméo. J’abandonnai bientôt l’anglais, mais Shakespeare resta mon prototype ; j’esquissai une grande tragédie, qui réunissait à peu près Hamlet et Le Roi Lear ; le plan était extraordinairement grandiose ; quarante-deux personnes mouraient dans le cours de la pièce, et je me vis dans la nécessité, au dénouement, d’en faire revenir sous forme de fantômes, car tous mes personnages étaient morts avant le dernier acte. Cette pièce m’occupa deux ans. »

Retourner à Une Vie II. L’enfance et l’adolescence (1813-1829)