Section IIIUne Oeuvre

L’œuvre musicale de Richard Wagner est composée d'opéras ou “drames musicaux” allant des “Fées” (Die Feen) à “Parsifal”. Une présentation détaillée de chacune de ces œuvres majeures est ici associée à un ensemble d'articles thématiques, replaçant celles-ci non seulement dans le contexte de sa vie personnelle mais également dans son contexte social, économique et culturel. Cette section regroupe également l'ensemble des œuvres musicales (hors opéra) et son œuvre littéraire.

Retour à l'accueil

MVRW BOUDDHALES VAINQUEURS

(Die Sieger, WWV89)

Esquisse en prose pour un opéra (vraisemblablement en trois actes)

Personnages :
Shakya-Muni
Ananda
Prakiti
La mère de Prakiti
brahmanes, jeunes disciples, peuple

Texte de l’esquisse en prose de Richard Wagner pour Les Vainqueurs

Le Bouddha sur le dernier chemin de la sagesse. Ananda désaltéré à la fontaine par Prakriti, la jeune fille tchandala. Amour ardent de celle-ci pour Ananda, qui en est ébranlé.

Prakriti en proie aux ardentes douleurs de l’amour. Sa mère, par un charme, attire Ananda ; grand combat d’amour. Ananda, ému jusqu’aux larmes, prend peur. Il est libéré par Sakya. Prakritiva trouver le Bouddha sous son arbre à la porte de la ville, afin de lui demander de l’unir à Ananda. Il l’interroge: accepte-t-elle de remplir les conditions de cette union ? Entretien ambigu, conduit par Prakriti dans le sens d’une union conforme à sa passion. Épouvantée, elle s’effondre au sol en sanglots lorsqu’elle comprend enfin qu’elle devrait aussi respecter le vœu de chasteté d’Ananda.

Ananda, suivi par des brahmanes. Réprobation à l’encontre de l’entretien accordé par le Bouddha à une tchandala. Attaque du Bouddha contre l’esprit de caste. Il raconte ensuite quel fut le destin de Prakriti dans une vie antérieure. Elle était jadis la fille d’un fier brahmane ; le roi tchandala, se souvenant avoir vécu autrefois comme brahmane, la désira pour son fils, qui éprouvait pour elle un violent amour. Par orgueil et fierté, la jeune fille lui refusa son amour et se moqua du malheureux. Voici ce qu’elle doit à présent expier, et c’est pourquoi elle renaquit comme jeune fille tchandala, afin de faire l’expérience des douleurs d’un amour sans espoir – mais aussi, cependant, afin d’être guidée jusqu’au renoncement et, accueillie au sein des fidèles du Bouddha, jusqu’à sa pleine rédemption. Prakriti répond alors à la dernière question du Bouddha par un oui joyeux. Ananda la salue comme sœur. Ultimes enseignements du Bouddha. Tous deviennent ses fidèles. Il gagne le lieu de sa rédemption.

 

Texte de Richard Wagner écrit entre 1856 et 1858.
Traduction de Philippe GODEFROY in Les Opéras Imaginaires, Librairie Séduire, Archimbaud, 1989

 

 

Retourner à LES OPÉRAS IMAGINAIRES DE RICHARD WAGNER