Section VIls ont créé Wagner et le mythe wagnérien

Cette section présente une série de portraits biographiques de ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à l’édification de l’œuvre wagnérienne. Des amitiés ou des inimitiés parfois surprenantes ou inattendues, des histoires d’amour passionnées avec les femmes de sa vie, parfois muses et inspiratrices de son œuvre, mais également des portraits d’artistes (chanteurs, metteurs en scène, chefs d’orchestre…) qui, de nos jours, se sont “appropriés” l’œuvre du compositeur et la font vivre différemment sur scène.

Retour à l'accueil

Kurt RYDLKurt Rydl

(né le 8 octobre 1947)
Chanteur – basse

Des interprètes d’aujourd’hui, Kurt Rydl est certainement l’un des plus éminents représentants, ne serait-ce que par le nombre impressionnant de rôles que couvre le répertoire du chanteur : à ce jour plus de cent-vingt personnages, tout autant dans le répertoire allemand dans lequel le chanteur autrichien surnommé « Der Bass » (parfois même « Der Mega Bass ») excelle, que dans les répertoires italien, français, russe ou bien encore tchèque, faisant actuellement de lui non seulement l’un des artistes lyriques les plus généreux et attachants sur scène mais aussi l’un des derniers grands « phénomènes » que peut connaître notre époque.

Après des études de chant à l’Académie de Musique de Vienne, sa ville natale, ainsi qu’au Conservatoire de Moscou, lauréat dès le début de ses études de plusieurs prestigieux concours (Barcelone en 1971 et 1974 et Paris en 1972), Kurt Rydl obtient ses premiers engagements sur les scènes de Linz et de Stuttgart puis il débute en 1976 sur la scène de la Staatsoper de Vienne dans le rôle de Ferrando du Trouvère de Verdi. Depuis ses débuts, le parcours du chanteur se révèle être comme une évidence, bien que celui-ci étudie avec éminemment de prudence et de professionnalisme chacune de ses prises de rôle. Chez Wagner, ce sont ainsi et successivement Daland dans le Vaisseau fantôme en 1973,  Hans Foltz dans Les Maîtres Chanteurs, le Timonier dans Tristan et Isolde et un Chevalier dans Parsifal en 1975, Fafner dans Siegfried en 1977, Veit Pogner dans Les Maîtres Chanteurs et Fasolt dans l’Or du Rhin en 1978, Fafner dans l’Or du Rhin et Titurel dans Parsifal en 1979, le Second Grallsritter dans Parsifal et le Roi Marke dans Tristan et Isolde en 1980,  Hunding dans la Walkyrie en 1981, Gurnemanz dans Parsifal  et le Landgrave Hermann dans Tannhäuser en 1983, Hagen dans le Crépuscule des dieux et le Roi Heinrich de Lohengrin en 1991  : aucun rôle de basse profonde n’échappe au talent de cet artiste aussi généreux sur scène qu’il l’est avec ses confrères ou dans le cercle de sa vie privée.

Invité de la scène prestigieuse du Festival de Bayreuth en 1975 et 1976, il y interprète les rôles de Hans Foltz (Les Maîtres Chanteurs), le Timmonier (Tristan et Isolde) et un Chevalier dans Parsifal. Mais il est surtout un habitué du Festival de Salzbourg.

Invité des plus grandes scènes comme des plus grands Festivals, les distinctions ponctuent le parcours prestigieux de l’artiste : en 1996, Kurt Rydl reçoit la distinction de Kammersänger autrichien, en 1999, il rentre dans la troupe de la Staatsoper de Vienne et en 2001, le chanteur reçoit la médaille d’honneur des Arts et de la Culture (1ère Classe).

Retourner à Basses