Section VIls ont créé Wagner et le mythe wagnérien

Cette section présente une série de portraits biographiques de ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à l’édification de l’œuvre wagnérienne. Des amitiés ou des inimitiés parfois surprenantes ou inattendues, des histoires d’amour passionnées avec les femmes de sa vie, parfois muses et inspiratrices de son œuvre, mais également des portraits d’artistes (chanteurs, metteurs en scène, chefs d’orchestre…) qui, de nos jours, se sont “appropriés” l’œuvre du compositeur et la font vivre différemment sur scène.

Retour à l'accueil

Anja SILJAAnja_Silja

(Née le 7 avril 1940)
Soprano

 

Née à Berlin dans une famille d’origine finlandaise, Anja Silja commença à étudier le chant dès l’âge de six ans avec sa propre grand-mère Egon Friedrich Maria Anders van Rijn. Elle donna à dix ans son premier concert au Titania Palast de Berlin.

Phénomène incroyable, elle démarra sa prodigieuse carrière à l’âge de seize ans sur les scènes des théâtres de Braunschweig avec des rôles comme Rosina, Zerbinetta et Micaëla. Deux ans plus tard, en 1958, elle était engagée à l’Opéra de Stuttgart puis celui de Francfort, et en 1960, à seulement vingt ans, elle fit ses débuts à Bayreuth dans le rôle de Senta. D’une présence scénique électrisante, quasi magnétique (elle savait conférer à son Elsa, sa Senta ou son Elisabeth un tempérament farouche, presque halluciné), son chant se caractérisa avant tout par la recherche de la vérité, de la sincérité, de l’expression, même si cela devait se faire au détriment de la ligne vocale.

Jusqu’à la mort de Wieland Wagner, dont elle était ouvertement la maîtresse et l’égérie, elle chanta dans presque toutes ses productions à Bayreuth et en Europe : elle interpréta Elsa de Lohengrin, Elisabeth de Tannhäuser, Eva des Maîtres Chanteurs de Nuremberg, Freia dans L’Or du Rhin, la Troisième Norne dans Le Crépuscule des dieux, Isolde, Brünnhilde, Vénus… Artiste aux multiples facettes et chanteuse à l’étendue vocale extrêmement étendue, son répertoire comprenait aussi paradoxalement que cela puisse paraître – en marge du répertoire wagnérien – les rôles de Reine de la Nuit (qu’elle chanta en 1959 et qui lui valut d’être qualifiée de Callas allemande ), Fiordiligi, Leonore (Fidelio et La forza del destino), Desdemona, Lady Macbeth, Lulu … avec une voix reconnaissable entre toutes (quoique pour ses détracteurs trop “métallique”) mais toujours droite et inspirée par les talents scéniques indéniables de l’artiste.

A la mort de Wieland Wagner, face à une famille Wagner déchirée, les portes de Bayreuth lui furent fermées. Mais tant d’autres étaient ouvertes : Vienne, Zurich, Barcelone, Berlin, Hambourg, New York, Londres, Paris, Aix-en-Provence, Glyndebourne …

Elle vit aujourd’hui à Paris, dans la maison qui fut celle d’André Cluytens. Avec une longévité professionnelle impressionnante, elle a chanté en mai 2015 le rôle de la vieille dame dans le “Candide” de Bernstein et n’a pas encore chanté sa dernière note !

 SB

Retourner à Sopranos