Section VIls ont créé Wagner et le mythe wagnérien

Cette section présente une série de portraits biographiques de ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à l’édification de l’œuvre wagnérienne. Des amitiés ou des inimitiés parfois surprenantes ou inattendues, des histoires d’amour passionnées avec les femmes de sa vie, parfois muses et inspiratrices de son œuvre, mais également des portraits d’artistes (chanteurs, metteurs en scène, chefs d’orchestre…) qui, de nos jours, se sont “appropriés” l’œuvre du compositeur et la font vivre différemment sur scène.

Retour à l'accueil

Graham CLARKclark

(né le 10 novembre 1941 en Angleterre, Lancashire)
Ténor de caractère

Assez étonnamment, celui qui tint pas moins de seize saisons et cent vingt représentations au Festival de Bayreuth commença sa carrière comme professeur de sport ! Entre 1964 et 1975, il enseigna cette discipline dans trois écoles différentes et obtint même une maîtrise de gestion des loisirs. Parallèlement, et en plus de fonctions officielles au Conseil Régional Sportif, il suivit des cours de chant avec Bruce Boyce.  En 1975, après avoir été tout particulièrement remarqué aux côtés de Joan Sutherland et Richard Bonynge au cours d’un concert de charité retransmis à la télévision, ce fut le grand virage et, loin des stades et des salles de gymnastique, Graham Clark fit ses grands débuts au Scottish Opera. Il avait 35 ans.

Membre de la troupe de l’English National Opera de 1978 à 1985, puis pendant 15 ans du Metropolitan de New-York, Graham Clark a additionné un nombre considérable de représentations et d’enregistrements.  Grand chanteur wagnérien, il a cumulé entre 1977 et 2014 plus de 400 représentations du compositeur allemand dont 275 Ring !

Il a connu au Festival de Bayreuth un grand succès : dans la Tétralogie du Centenaire, tout d’abord, où le chanteur fut un Mime ou un Loge qui rapidement devint essentiel à l’équipe du Festival ; sur la Colline Sacrée, où il fut aussi un David des Maîtres Chanteurs, un Timonier du Vaisseau fantôme et même un Marin ou un Melot dans Tristan et Isolde.

C’est en effet dans ces rôles si particuliers de ténor « de caractère » que Graham Clark a spécialement brillé ; Il a su en outre, apporter ses dons d’acteurs innés à une voix particulièrement impressionnante.

Retourner à Ténors