Section VIls ont créé Wagner et le mythe wagnérien

Cette section présente une série de portraits biographiques de ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à l’édification de l’œuvre wagnérienne. Des amitiés ou des inimitiés parfois surprenantes ou inattendues, des histoires d’amour passionnées avec les femmes de sa vie, parfois muses et inspiratrices de son œuvre, mais également des portraits d’artistes (chanteurs, metteurs en scène, chefs d’orchestre…) qui, de nos jours, se sont “appropriés” l’œuvre du compositeur et la font vivre différemment sur scène.

Retour à l'accueil

Klaus Florian VOGT

(né en 1970 à Heide, Schleswig-Holstein, Allemagne)
Ténor

Le futur prodige et ténor que s’arrachent aujourd’hui toutes les scènes wagnériennes débute sa carrière artistique par l’apprentissage du cor d’harmonie aux conservatoires de Hanovre et de Hambourg. Il entre à la fin de ses études comme premier cor à l’Orchestre philarmonique de Hambourg. Parallèlement il étudie le chant auprès de Günter Binge au conservatoire de Lübeck.

En 1997, il rejoint la troupe de l’Opéra de Flensburg puis celle du Semperoper de Dresde de 1998 à 2003, sous la direction notamment de Giuseppe Sinopoli et Sir Colin Davis. En 2002, il est remarqué dans le rôle de Florestan dans une production de Fidelio de Beethoven sur la scène de l’Opéra de Flandres. Très vite, les rôles s’enchaînent et sa notoriété explose quasiment du jour au lendemain : un tel talent ne saurait rester plus longtemps inconnu du grand public.

Aujourd’hui, Klaus Florian Vogt est surtout reconnu dans les rôles du répertoire wagnérien dont il s’est fait l’un des plus éminents interprètes et ambassadeurs. Ainsi le ténor s’illustre magnifiquement dans le rôle-titre de Lohengrin, dans le rôle de Walther dans Les Maîtres chanteurs de Nuremberg, en tant que Parsifal tout comme Erik dans Le Vaisseau fantôme ou bien encore en Loge dans L’Or du Rhin (en 2005).

En 2006, il fait ses débuts au Metropolitan Opera dans le rôle-titre de Lohengrin, sous la direction de James Levine. Et enfin en 2007, il fait partie de la distribution des Maitres chanteurs de Nuremberg, dans la nouvelle production de Katharina Wagner, au Festival de Bayreuth.

Il devient rapidement l’incarnation parfaite du grand ténor héroïque (heldentenor) requis par les opéras de Wagner, mais avec une élégance et une légèreté dans les aigus qui font sa spécificité… et sa « marque de fabrique ». La pureté de sa voix est encensée par une partie (très largement majoritaire) de la critique quand l’autre partie… lui reproche justement cet aspect désincarné qui ne correspond pas à tous les rôles de ténor héroïque.
Mais, car il est sur scène un interprète d’une rare distinction et d’une parfaite musicalité, Klaus Florian Vogt s’avère être aujourd’hui l’un des interprètes wagnériens les plus demandés par les plus prestigieuses scènes lyriques internationales, depuis le prestigieux Festival de Bayreuth, à l’Opéra National de Paris, en passant par le Théâtre de la Scala de Milan ou bien encore la Deutsche Oper ainsi que la Staatsoper de Berlin.

En 2008, Klaus Florian Vogt est récompensé du prix artistique de l’Etat du Schleswig-Holstein. L’artiste signe une exclusivité avec Sony Classical en 2011. En janvier 2012, sort son premier CD dans lequel in interprète des airs de Wagner, Mozart, Weber, ainsi que de Korngold.
La même année, le ténor reçoit un Echo Klassik Music Award, un prix qui le désigne comme « meilleur chanteur de l’année ».

Prochainement, Klaus Florian Vogt interprètera le rôle de Walther dans la nouvelle production des Maîtres chanteurs de Nuremberg, sous la direction de Philippe Jordan et dans la mise en scène de Barrie Kosky, dans le cadre de l’édition 2017 du Festival de Bayreuth.

CPL

Retourner à Ténors