Section VIls ont créé Wagner et le mythe wagnérien

Cette section présente une série de portraits biographiques de ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à l’édification de l’œuvre wagnérienne. Des amitiés ou des inimitiés parfois surprenantes ou inattendues, des histoires d’amour passionnées avec les femmes de sa vie, parfois muses et inspiratrices de son œuvre, mais également des portraits d’artistes (chanteurs, metteurs en scène, chefs d’orchestre…) qui, de nos jours, se sont “appropriés” l’œuvre du compositeur et la font vivre différemment sur scène.

Retour à l'accueil

page9-160px-Lavignac_-_Le_Voyage_artistique_à_Bayreuth,_éd7.djvuLE VOYAGE ARTISTIQUE
À BAYREUTH

d’Albert LAVIGNAC

Texte intégral
Edition de 1903 (Septième édition)
Librairie Ch. Delagrave

 

CHAPITRE V

ANALYSE MUSICALE

————–

« Le musicien nous révèle l’essence
intime du monde,
il se fait
l’interprète de la sagesse la plus
profonde, tout en parlant une langue
que la raison ne comprend pas. »

Schopenhauer.

 

Ce chapitre est le complément du précédent, avec lequel originairement il ne devait faire qu’un. De même qu’en étudiant les poèmes il m’a été impossible d’éviter totalement de parler de la musique, il arrivera souvent ici que, pour mieux faire pénétrer le sens intime de l’action musicale, je serai entraîné à des retours sur l’action dramatique. Peu importe, si c’est plus clair ainsi.

Et déjà, avant de commencer, je rappelle que le rôle spécial de la musique, tel que le conçoit Wagner, est de mettre directement le spectateur en communion avec l’esprit même du personnage, d’éclairer les dessous de sa pensée, de le rendre comme transparent pour nous auditeurs, qui arrivons ainsi à le connaître souvent mieux qu’il ne se connaît lui-même. La musique peut donc être en contradiction avec la parole, mais non avec l’action ; si nous sommes, par exemple, en présence d’un être retors, faux ou subtil, elle nous révèle son mensonge et nous permet de saisir le mobile véritable de ses actes, fussent-ils inconscients.

Ajoutons que, par une convention inévitable, les personnages en scène sont seuls censés ne pas entendre le perpétuel commentaire orchestral.

À présent entrons dans le domaine musical, et examinons séparément chacun de ses éléments constitutifs.

La mélodie

Les Leit-motifs

Le système harmonique

L’orchestration

Les Préludes

Les Ensembles

Tannhauser

Lohengrin

Tristan et Iseult

Les Maîtres Chanteurs

Tétralogie de l’Anneau du Nibelung

L’Or du Rhin

La Walkyrie

Siegfried

Le Crépuscule des Dieux

Parsifal

Retourner à « LE VOYAGE ARTISTIQUE À BAYREUTH » d’Albert LAVIGNAC