Section VIls ont créé Wagner et le mythe wagnérien

Cette section présente une série de portraits biographiques de ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à l’édification de l’œuvre wagnérienne. Des amitiés ou des inimitiés parfois surprenantes ou inattendues, des histoires d’amour passionnées avec les femmes de sa vie, parfois muses et inspiratrices de son œuvre, mais également des portraits d’artistes (chanteurs, metteurs en scène, chefs d’orchestre…) qui, de nos jours, se sont “appropriés” l’œuvre du compositeur et la font vivre différemment sur scène.

Retour à l'accueil

Samuel LEHRS

(né 1806 à Königsberg – décédé le 13 april 1843 à Paris)
Érudit classique et helléniste allemand

Samuel Lehrs est le fils d’un marchand de biens manufacturés Levi Pinkus, marchand de Königsberg.

En 1812, la famille prend le nom de famille Lehrs. Lors de son baptême, Lehrs adopte le nom Franz Siegfried; mais entre amis, il continue cependant à se faire appeler Samuel. Lehrs étudie comme son frère aîné, Karl Ludwig Lehrs, la philologie classique à l’Université de Königsberg. Alors que Karl Ludwig Lehrs après sa conversion au christianisme a finalement obtenu une chaire de professeur à Königsberg et est reconnu comme l’un des plus importants professeurs en lettres classiques de son temps, Samuel Lehrs a dû abandonner ses études en raison de problèmes de santé. Après une courte période comme tuteur privé, il travaille en tant que chercheur indépendant à Paris et gagne sa vie comme éditeur et traducteur d’auteurs grecs pour l’éditeur Didot.

Samuel Lehrs a été, avec le peintre Ernst B. Kietz, un des amis les plus proches de Richard Wagner à Paris de 1839 à 1842. Wagner a été encouragé par Lehrs à découvrir la poésie du Haut Moyen allemand. Dans des documents historiques et littéraires de l’université de Königsberg, qu’il avait reçu de Lehrs, Wagner put lire l’épopée du Sängerkrieg dans le texte original et un résumé de Lohengrin. Néanmoins Lehrs dissuade Wagner de lire les oeuvres dans leurs langues originales et de recourir à des traductions. Sans son ami Lehrs, Wagner n’aurait jamais écrit Tannhäuser, ni Lohengrin.

MVRW-Wagner-avec-LEHRS-Noel-1841

Wagner a écrit en 1842 à Lehrs de retour à Paris qu’il n’était pas rentré par patriotisme chez lui: « Je n’ai conçu aucune préférence ni pour la géographie et ni pour ma patrie, ses belles collines, ses vallées et ses forêts, et même au contraire. C’est un peuple maudit, ces saxons – gros, enflés, maladroits, paresseux et grossiers -? Qu’ai-je à faire avec eux. »

Lehrs meurt en 1843 à Paris des suites de la tuberculose contractée en raison des privations qu’il connut à Paris.

 

CPL

Retourner à Partie B – Richard Wagner et son entourage