Résultat de plusieurs années de recherches minutieuses, notre biographie exhaustive de Richard Wagner rassemble la plupart des informations connues à ce jour sur la vie du compositeur de la Musique de l’Avenir. Ces informations proviennent notamment des propres écrits du compositeur, ainsi que de correspondances et informations recueillies par les témoignages écrits de ses proches.
Réparties en neuf périodes, chacune de ces sections permettra bientôt d’accéder à la chronologie complète, année après année, de la vie du compositeur.

DE NOUVELLES INFORMATIONS ONT ETE APPORTEES AUX ANNEES SUIVANTES

Année 1818

Année 1818
1818 En cette année 1818, C’est à l’art du dessin et à la peinture que Ludwig Geyer initie dans un premier temps le tout jeune Richard Wagner ; mais les tentatives de celui-ci avortent car ce dernier se montre bien trop maladroit. Durant la même année, le jeune Richard Wagner assiste à son premier spectacle musical à l‘Opéra...

Lire la suite

Année 1830

Année 1830
1830 Pâques 1830 Décision est prise que Richard Wagner quitte la Nikolaischule de Leipzig : « J’avais trop mauvaise presse auprès du corps professoral pour pouvoir espérer qu’on m’accorderait le passage à l’Université. » (Mein Leben). Il prend « quelque six mois » de cours particuliers avant de figurer « plus honorablement » sur les bancs de la Thomasschule de Leipzig, et...

Lire la suite

Année 1881

Année 1881
1881 8 janvier 1881 Engelbert Humperdick s’installe auprès du couple Wagner afin d’y établir (jusqu’au mois d’avril 1882) une copie de Parsifal. Janvier 1881 Wagner écrit l’essai intitulé Connais-toi toi-même, exposé relatif à la première partie de son étude Religion et art. 7 février 1881 Le roi Louis II de Bavière décide d’assumer seul le...

Lire la suite

CELA S'EST PASSE DANS LA VIE DE RICHARD WAGNER EN
.... JUILLET 1868 (il y a 150 ans)

RICHARD WAGNER SONGE A ECRIRE UNE COMEDIE QUI AURAIT POUR TITRE "LES NOCES DE LUTHER"
Rentré à Tribschen après le fantastique succès populaire de la création des "Maîtres-Chanteurs de Nuremberg" à Munich, Wagner, accompagné de sa famille compte passer un été dans le calme idyllique de ce have de paix qu'est leur refuge suisse.
Mais le repos est de courte durée : Richard Wagner et Cosima reçoivent plusieurs missives de Hans von Bülow qui refuse toujours le divorce à son épouse. Le conflit s'envenime. Wagner, philosophe, et peu disposé à prendre les armes à ce moment là, songe à un projet d’opéra (Le Mariage de Luther) qui évoquerait l’union heureuse d’un moine et d’une nonne en dépit des préjugés et des conventions.
Une manière de dédramatiser la situation orageuse dans laquelle les deux amants persistent, envers et contre tous. Le compositeur marque ces notes pour un futur opéra dans son Carnet brun... (...lire la suite...)
POUR PLUS D'INFORMATIONS SUR LE SUJET, CONSULTEZ LES ARTICLES SUIVANTS :
LES NOCES DE LUTHER
(LUTHERS HOCHZEIT, WWV99)

Projet d’opéra
Esquisse en prose, écrite en 1868

ARGUMENT : Luther (à la Wartburg), après de terribles émois, s”est mis à la fenêtre pour profiter d`une bouffée d”air tiède. Il contemple les vertes prairies, il écoute le chant d’un oiseau, il boit un bon coup de bière… bientôt le voilà transformé. La voix encore un peu pâle, mais s’affermissant vite, il entonne de plus belle : “Ein’ feste Burg” (lire la suite...)
Cosima VON BÜLOW WAGNER (née LISZT)
L’histoire de Cosima pourrait se résumer ou plutôt se retrouver dans chacun de ses noms. Cosima Liszt, Cosima épouse von Bülow, Cosima Wagner, Cosima Veuve Wagner : on pourrait écrire une biographie de chacune d’elles et les portraits ne se ressembleraient pas. Tout à tour fille de l’un des musiciens les plus célèbres et brillants (mais également des plus séducteurs) de son temps, épouse d’un studieux (mais ombrageux) chef d’orchestre admiratif du compositeur sans doute le plus charismatique de son entourage, maîtresse puis épouse et finalement veuve de ce même compositeur, Richard Wagner. Mère des enfants que n’avait pu lui donner Minna en premier mariage, Cosima fut, auprès de celui qu’elle révérait déjà enfant comme un dieu, une épouse les plus dévouées mais également un des piliers plus solides du wagnérisme… jusqu’à parfois adopter une rigueur absolue dans l’admiration qu’elle portait à l’art de Richard Wagner pour le moins déroutante !(lire la suite...)
En lisant le « Journal » de Cosima Wagner
Le Journal de Cosima, qui fut la seconde femme de Wagner et dirigea le Festival de Bayreuth pendant près d’un demi-siècle, a paru en allemand et va être traduit. Fille naturelle de Liszt et de la comtesse d’Agoult, Cosima épousa à vingt ans le baron Hans von Bülow, pianiste. C’était un des plus réputés parmi les élèves de Liszt, et il avait également travaillé avec Wagner la composition et la direction d’orchestre.
Richard et Cosima s’étaient vus à Paris pour la première fois rue Casimir-Périer, dans l’appartement où vivait alors Liszt. C’était le 9 octobre 1853, elle avait seize ans. (... lire la suite...)