L’INFLUENCE DE WAGNER SUR J.R.R. TOLKIEN

Lorsque Richard Wagner s’éteint en 1883, c’est tout un empire artistique et un royaume (celui de Bayreuth) qui menacent de s’écrouler. Conserver un temps comme une œuvre intouchable dans un mausolée, survivre à la disparition du compositeur … parfois même pour mieux y échapper : Cette section raconte l’histoire de l’aventure wagnérienne après la mort du compositeur jusqu’à aujourd’hui, des appropriations des plus douteuses aux créations contemporaines les plus intéressantes.

L'INFLUENCE DE WAGNER SUR JRR TOLKIEN

L’HÉRITAGE LITTÉRAIRE DE RICHARD WAGNER

Wagner et Thomas Mann; Emile Zola librettiste : le naturalisme à l’opéra face au wagnérismeWagner et Marcel Proust ; Le Crépuscule des Dieux, roman d’Elémir Bourges ; Julien Gracq et Richard WagnerTolkien et Wagner, les deux enchanteurs ; Virginia Woolf et Richard WagnerL’influence de Wagner sur James Joyce ; Du Lohengrin wagnérien au Lohengrin laforguien

par Leslie KARST (blog « Wagner Tripping »)
Titre original : « Wagner’s Influence on : J.R.R. Tolkien » traduit de l’anglais par @ Le Musée Virtuel Richard Wagner
Texte initialement rédigé et publié sur internet sur le blog Wagner Tripping
Pour lire le texte en anglais dans sa version originale sur le blog Wagner Tripping cliquer ici.

 

À l’automne 1962, alors qu’il vivait à Buenos Aires, en Argentine, mon père a commencé à lire à haute voix Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien à notre famille tous les soirs. Papa était en congé sabbatique et nous passions l’année à voyager en Amérique du Sud. Isolés comme ils l’étaient – ​​séparés de leur famille et de leurs amis – et dans un environnement tellement étranger au leur, je peux très bien imaginer qu’être emporté chaque nuit par les exploits de Frodon, de Gandalf et d’Aragorn a été d’un grand réconfort pour mes parents. Âgé seulement de six ans, je n’ai pas remarqué l’isolement, ni pleinement apprécié les nuances de l’histoire, mais depuis cette année, l’univers de Tolkien est devenu un élément très important dans la vie quotidienne de notre famille. 

Pour un devoir d’anglais de dixième année, j’ai recherché les sources du Seigneur des Anneaux et j’ai été fasciné d’en apprendre davantage sur les sagas scandinaves et germaniques qui ont inspiré l’œuvre.

Je n’ai plus le journal, mais je suis presque sûr qu’il ne fait aucune mention de Richard Wagner, sans doute parce que les quelques articles et livres sur le sujet que j’ai réussi à localiser à l’époque pré-Internet ne parvenaient pas non plus à créditer le compositeur d’avoir eu de l’influence sur Tolkien.

Une fois que j’ai découvert Wagner et son RING, j’ai bien sûr immédiatement vu la similitude entre les sujets. Apprenant que Wagner et Tolkien s’étaient inspirés de plusieurs des mêmes sources mythologiques, j’ai demandé à Robin, ma fille, des références pour tout ce qui concernait Wagner : « Y avait-il un lien avec les sagas originales ? »

« Dans le Seigneur des Anneaux, il n’y a pas un anneau tout-puissant comme dans le cycle de l’Anneau du Nibelung », a-t-elle déclaré. « Même si je suis sûre qu’il y a des anneaux, comme dans la plupart des mythologies.» Elle avait raison.

Comme l’explique Edward R. Haymes dans une conférence de 2004 (transcrite ici (lien internet ), Wagner a trouvé des références pour l’idée d’un anneau maudit dans au moins trois de ses sources islandaises : le « Reginsmál », un poème contenu dans l’Edda poétique, l’Edda en prose et la Saga des Völsungs…. 

… Tolkien a dû assimiler la notion d’ « anneau » de Wagner, même s’il connaissait peut-être mieux que le compositeur lui-même, les sources islandaises utilisées dans le Ring. Après tout, il les avait lues dans l’original en vieux norrois. Il y a trop d’aspects de l’adaptation spécifique du motif de l’anneau par Wagner qui apparaissent dans Tolkien, pour que ce soit un hasard. Les versions islandaises de l’histoire ne fournissent aucune caractéristique de l’anneau, en dehors de sa capacité à créer des richesses pour Andvari et de la malédiction qu’il lui impose. La malédiction est extraordinairement efficace, entraînant la mort de Hreiðmar, Fáfnir, Reginn et Sigurðr, mais il n’y a aucune association vraiment spécifique de ces événements avec la malédiction telle que lancée sur l’anneau dans les sources. En effet, la malédiction n’est plus jamais évoquée ensuite dans les textes nordiques. Le voleur originel de l’anneau, le dieu Loki n’est pas affecté par son acte. Personne ne cherche à gagner la bague qui n’a plus aucun effet mystérieux sur personne. 

Tandis que chez Wagner et Tolkien, l’anneau a pratiquement le même rôle de puissance maléfique tout au long de l’histoire. Cela incite les hommes et les femmes à le désirer, même au prix de leur propre vie. Tous ceux qui le toucheront seront plus ou moins affectés .

Néanmoins, Tolkien a nié jusqu’à son dernier jour avoir été influencé par Wagner : « Les deux anneaux étaient ronds, et là, la ressemblance a cessé », a-t-il affirmé.

Même si j’aime Tolkien, cette déclaration est un mensonge grossier ! Jetez donc un coup d’oeil à ce que chante le nain Alberich à propos de l’Anneau dans Das Rheingold :

Jeder giere nach seinem Gut,
doch keiner geniesse mit Nutzen sein!
Ohne Wucher hüt’ ihn sein Herr;
doch den Würger zieh’ er ihm zu!
Dem Tode verfallen, fessle den Feigen die Furcht :
solang er lebt, sterb’ er lechzend dahin,
des Ringes Herr als des Ringes Knecht 

(Traduction :
Tous désireront le posséder,
mais personne ne se réjouira de son utilisation !
Sans gain, son seigneur le gardera ;
il attirera à lui son bourreau !
Destiné à mourir, que la peur enchaîne le lâche :
tant qu’il vivra, il désirera mourir,
le seigneur de l’anneau comme l’esclave de l’anneau.)

 

Comparez ceci à ce qu’Elrond dit à Boromir dans Tolkien’s Ring :

« Nous ne pouvons pas utiliser le Ruling Ring. Cela, nous le savons trop bien maintenant. Il appartient à Sauron et a été créé par lui seul, et il est totalement mauvais. Sa force, Boromir, est trop grande pour que quiconque puisse l’utiliser à volonté, à l’exception de ceux qui possèdent déjà un grand pouvoir qui leur est propre. Mais pour eux, cela représente un péril encore plus mortel. Le simple désir de cet objet corrompt le cœur. Considérez Saroumane. Si l’un des Sages devait, avec cet Anneau, renverser le Seigneur du Mordor, en utilisant ses propres artifices, il s’installerait alors sur le trône de Sauron, et un autre Seigneur des Ténèbres apparaîtrait. Et c’est là une autre bonne raison pour laquelle l’Anneau devrait être détruit : tant qu’il sera dans le monde, il constituera un danger même pour les Sages. »

Mais il n’y a pas que la bague qui est similaire. Comme l’a noté Rebecca Brown dans un article récent sur le cycle Ring  de l’été 2023 à l’opéra de Seattle,

« [comme] celui de Wagner, L’Anneau de Tolkien s’intègre dans une histoire de bien et de mal, de rédemption et de foi – et au début, on a une rivière ; un anneau corrupteur et puissant ; une créature petite, sombre et effrayante qui le possède ; une épée magique ; un vêtement qui rend invisible ; des « races » distinctes et belligérantes ; un sage errant, grand et maigre ; une relation intense entre le paysage et les hommes ; un rédempteur innocent; des gens portant de superbes couvre-chefs ; et des animaux volants. »

Et elle ne mentionne même pas de nombreuses autres similitudes : un dragon gardant un trésor ; une ville dans une fosse remplie de créatures martelant le métal ; un concours d’énigmes ; des soldats morts ressuscités pour combattre à nouveau ; une femme guerrière qui part au combat contre les ordres de son père ; un personnage qui construit son propre bûcher funéraire ; un feu purificateur tout entier ; et un château qui s’effondre à la fin.

Je comprends pourquoi Tolkien aurait été mécontent des comparaisons entre lui et Wagner, car ils étaient à peu près aussi différents que deux personnes pouvaient l’être. Bradley J. Birzer a expliqué dans une conférence  qu’il a donnée sur Wagner et Tolkien :

« Dans leur vie personnelle, les deux hommes avaient peu de points communs. Wagner était un socialiste allemand du XIXe siècle, partisan de l’apothéose de l’homme. Tolkien était un monarchiste anticonstitutionnel anglais du XXe siècle, un fervent catholique romain et un fervent partisan des limitations imposées aux humains par le péché originel d’Adam. » 

Mais personne ne peut sérieusement contester que Tolkien ait été influencé par Wagner. Non seulement Wagner était la personnalité artistique la plus importante au début du 20e siècle alors que Tolkien était un jeune homme, mais l’un des amis les plus proches de Tolkien, l’écrivain CS Lewis, était un ardent wagnérien. Lewis et Tolkien sont connus pour avoir eu des discussions passionnées tard dans la nuit à propos de Die Walküre et pour avoir assisté ensemble à au moins un cycle du Ring à Londres. (Voir le lien de la conférence Birzer ci-dessus. lien internet)

Wagner et Tolkien avaient des objectifs similaires autour de leurs Ring. Par exemple, tous deux se sont efforcés de créer une mythologie adaptée à leur propre culture, ce qui manquait auparavant :

« Les nationalistes allemands du début du XIXe siècle voyaient dans la légende dite du Nibelung un équivalent germanique à la mythologie grecque et romaine antique. Il était courant à cette époque de qualifier le Nibelungenlied d’« Iliade allemande ». Mendelssohn et d’autres furent incités par des penseurs nationalistes à écrire un opéra sur le sujet du Nibelung. L’objectif était d’établir un passé culturel égal, sinon supérieur, à la littérature grecque et romaine avec laquelle ils avaient tous grandi, et de l’intégrer à la conscience populaire. Wagner espérait que son utilisation du mythe germanique puiserait d’une manière ou d’une autre dans cette mémoire nationale et parlerait directement à l’âme du peuple allemand.   

Tolkien envisageait un objectif très similaire pour son œuvre. Dans une lettre adressée à un futur éditeur du Silmarillion, il écrit : « Dès le début, j’ai été affligé par la pauvreté de mon propre pays bien-aimé : il n’avait pas d’histoires propres (liées à sa langue et à son sol), et donc il n’existait aucune des qualités que j’ai recherchées et trouvées (comme ingrédient) dans les légendes d’autres pays. Il y avait du grec, du celtique, du roman, du germanique, du scandinave et du finnois (ce qui m’a beaucoup affecté), mais rien d’anglais, à part de petites choses dans des bouquins sans grand intérêt. Tolkien partageait avec Wagner le désir d’offrir une mythologie à son propre peuple.» 

(Voir la conférence de Haymes, ci-dessus. lien internet)

De plus, les deux hommes étaient consternés par l’industrialisation de la société moderne – accompagnée de la destruction concomitante de la nature – or les thèmes de la nature détruite ou malmenée par l’industrie sont forts dans les deux Anneaux.

Voyez, par exemple, ce qu’Alberich fait au Nibelheim dans l’Anneau de Wagner , et comparez avec la ruine de l’Isengard et de la Comté par Saroumane dans celui de Tolkien.

Le thème le plus important que partagent les deux textes est peut-être celui de la rédemption. Mais c’est là aussi que réside leur plus grande différence. L’idée de rédemption de Tolkien reposait sur un modèle chrétien. Comme l’a noté le professeur Birzer (voir ci-dessus idem lien internet),

« Tolkien considérait le mythe païen nordique sanctifié comme un moyen de ramener l’Occident moderniste et hérétique à la chrétienté. « La grandeur que je voulais dire était celle d’un grand instrument entre les mains de Dieu – un moteur, un auteur, voire même un auteur de grandes choses, ou au moins un débutant dans les grandes choses », écrivait Tolkien depuis les tranchées en France en 1916. Le jeune homme de 24 ans espérait qu’il continuerait à « raviver une vieille lumière dans le monde », à perpétuer les vieilles vérités dans le monde ravagé d’après-guerre. » 

Ainsi, Frodon est finalement pris en défaut car incapable de détruire l’anneau par lui-même. Il faut une force extérieure, la main de Dieu, si vous voulez (Gollum, dans une sorte de rôle de Judas), pour finalement accomplir l’action. Il convient également de noter que ce n’est qu’à cause de l’acte de miséricorde initial de Bilbon, en épargnant Gollum (« C’est la pitié qui lui a retenu la main ») et des actions similaires ultérieures de Frodon, que Gollum est là à la fin pour être le catalyseur de l’histoire et permettre la disparition de l’anneau. Ces thèmes de la miséricorde et du pardon ont bien sûr une tonalité chrétienne très claire.

Dans l’univers du Ring de Wagner, à l’inverse, ce sont les mortels – et non les dieux (Brünnhilde a perdu sa divinité à ce stade) – qui sont capables de sauver le monde. Et plus important encore, c’est l’amour romantique qui provoque leurs actes rédempteurs : d’abord l’amour réciproque de Siegmund et Sieglinde, puis l’amour de Brünnhilde pour Siegfried, qui finalement amène l’anneau à sa juste place dans le Rhin, et entraîne la chute des dieux.

On peut comparer cela avec Le Seigneur des Anneaux, où les rares histoires d’amour qui existent (par exemple, Aragorn et Arwen) se déroulent en dehors de la scène, et on ne peut pas dire que ce soient des aventures passionnées.

(L’histoire d’amour la plus fascinante du Ring de Tolkien, à mon avis, est celle de l’amour de Sam pour Frodon, mais cela pourrait faire l’objet d’un article à part entière.)

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’influence de Wagner sur Tolkien, la toile internaute regorge d’articles et de travaux de recherches sur le sujet. Il y a même eu des Colloques Universitaires entièrement consacrés à Tolkien et qui obligatoirement devaient évoquer la question (en France : en Bretagne, en Angleterre, etc…).

Les liens fournis ci-dessus quant à eux valent tous la peine d’être consultés. De plus, il s’agit d’une étude comparative intéressante de deux œuvres traitant de légendes autour d’un anneau magique issu du même mythe nordique.

Vous souhaitez apporter des informations complémentaires et ainsi enrichir cet article, contactez-nous !