« HYMNE POUR LES POMPIERS ALLEMANDS », CHANT POUR CHOEUR D’HOMMES, WWV 101

L’œuvre musicale de Richard Wagner est composée d’opéras ou “drames musicaux” allant des “Fées” (Die Feen) à “Parsifal”. Une présentation détaillée de chacune de ces œuvres majeures est ici associée à un ensemble d’articles thématiques, replaçant celles-ci non seulement dans le contexte de sa vie personnelle mais également dans son contexte social, économique et culturel. Cette section regroupe également l’ensemble des œuvres musicales (hors opéra) et son œuvre littéraire.

HYMNE POUR LES POMPIERS ALLEMANDS, pour choeur d'hommes (1869), WWV 101

Wahlspruch fur die Deutsche Feuerwehr, WWV 101

HYMNE POUR LES POMPIERS ALLEMANDS (1869)

… ainsi que l’étrange destinée de sa partition originale !

 

C’est au cours d’une promenade un soir d’été au bord du lac de Lucerne en 1869 que l’attention de Richard Wagner et de Cosima fut attirée par des cris émanant d’une habitation en flammes. Ils se tinrent tous deux comme fascinés par cette apparition nocturne et le compositeur fut tellement ému par les efforts des pompiers pour contenir le brasier qu’une fois revenu à Tribschen, il composa un court passage musical en l’honneur de ces combattants du feu. Cette composition (quelques mesures seulement) – connue aujourd’hui sous le nom d’Hymne pour les pompiers allemands (Wahlspruch für die Deutsche Feuerwehr) pour chœur d’hommes – a été répertoriée dans le catalogue WWV des œuvres de Richard Wagner et porte le numéro 101.

Cette pièce fait partie de ces « œuvres de circonstance » nées dans l’intimité de Tribschen – comme, dans un tout autre registre, le Siegfried-Idyll pour l’anniversaire de Cosima – et le manuscrit de cette musique composée à l’occasion d’un « incident domestique » survécut au départ du couple lorsque celui-ci quitta la villa suisse et décida d’emménager à Bayreuth… pour les « travaux » que l’on sait. Or, jusque fort récemment, c’est une simple copie qui figurait dans les vitrines du Musée Richard Wagner de Tribschen. Un cartel expliquait alors de manière laconique que l’original avait été « volé » quelques années auparavant. Sans plus.

A l’occasion de l’une de ses visites au Musée Richard Wagner de Tribschen, le très wagnérien – et « so british » – Peter West, l’un des plus éminents collectionneurs de partitions originales et de photographies d’époque qui se définit lui-même (ainsi que son activité professionnelle) comme « Wagnerman » sur son compte Twitter, fut mis en présence de cette copie. Il raconte lui-même cette aventure qui a lié ses recherches à l’étrange destinée de la partition originale de  l’Hymne pour les Pompiers allemand de Richard Wagner :

« J’avais le sentiment que j’avais été présent lorsqu’un manuscrit de cette même description avait déjà été présenté quelque douze années auparavant au cours de l’une des plus grandes ventes aux enchères de partitions de Richard Wagner chez Sotheby’s. À ce moment là, j’ai tout lâché et commençai une recherche frénétique dans mes papiers et retrouvai le catalogue qui rapidement me confirma mon pressentiment. L’original de l’Hymne pour les Pompiers avait été adjugé pour la somme de 5.000 Livres – j’avais même noté le prix exact dans la marge !
Ce soir là je pris le temps de rédiger une longue lettre que j’envoyai à Tribschen en suggérant l’idée que s’ils contactaient Sotheby’s ou bien la police Métropolitaine de Londres, il y aurait une chance qu’ils trouvent la trace de l’objet volé, voire du voleur lui-même.
À l’issue de cette lettre, j’ai attendu un appel retour de la part du Musée, mais rien ne se passa. Quelques semaines passèrent, mais je ne reçus aucune nouvelle de la part de quiconque. J’en vins même à être ennuyé de ne recevoir aucune réponse, puis je pensai que la Direction du Musée avait cru à un canular. J’étais même sur le point de leur écrire à nouveau ou bien de leur téléphoner, mais j’oubliai finalement l’affaire assez rapidement.
Trois années plus tard, je me trouvais au cours d’une vente de Sotheby’s dans le Sussex. La personne que je souhaitais voir était alors en grande discussion avec un autre client de telle sorte que je dus attendre à la réception et que, dans cette attente, je compulsai différents anciens catalogues. Celui que je pris était un catalogue d’une vente de livres et de partitions musicaux d’une vente qui avait eu lieu l’année précédente chez Sotheby’s à Londres. Bien évidemment, je consultai la rubrique des œuvres à la section « Richard Wagner ».
Quelle ne fut ma surprise lorsque là, devant moi (dans ce catalogue), je vis à nouveau la partition originale de l’Hymne pour les Pompiers allemands qui était listée. Il apparaissait clair que ce manuscrit avait été vendu deux fois dans la même salle d’enchères au cours des quinze dernières années. Je ne pouvais croire ce que lisais – mais oui, c’était bien cela. Le soir même de cette découverte j’écrivis une nouvelle lettre à Tribschen leur racontant ma nouvelle trouvaille et leur faisant remarquer qu’ils n’avaient donné suite à mon précédent courrier.
Quelques jours plus tard, je reçus un appel téléphonique du Maire de Lucerne en personne. « Mr West, ce n’est pas étonnant que vous n’ayez reçu aucune réponse à votre première lettre, vous aviez écrit par inadvertance… au voleur lui-même. »
En effet, il s’avéra que le coupable était le Directeur du Musée lui-même qui, depuis, avait été radié de ses fonctions. Et la partition dans tout cela ? Bien entendu, vous ne connaîtrez pas tous les détails, mais l’officier d’Interpol qui était en charge de l’affaire me raconta que le manuscrit avait été retrouvé intact. »

Source :
Richard Wagner : The lighter Side (Terry Quinn)

Vous souhaitez apporter des informations complémentaires et ainsi enrichir cet article, contactez-nous !