L’ANNEAU DU NIBELUNG ou LA TÉTRALOGIE (Der Ring des Nibelungen), WWV86 : SYNOPSIS

L’œuvre musicale de Richard Wagner est composée d’opéras ou “drames musicaux” allant des “Fées” (Die Feen) à “Parsifal”. Une présentation détaillée de chacune de ces œuvres majeures est ici associée à un ensemble d’articles thématiques, replaçant celles-ci non seulement dans le contexte de sa vie personnelle mais également dans son contexte social, économique et culturel. Cette section regroupe également l’ensemble des œuvres musicales (hors opéra) et son œuvre littéraire.

L'ANNEAU DU NIBELUNG (LA TETRALOGIE), WWV86

Der Ring des Nibelungen, WWV86

Synopsis

Le « prologue » du cycle que constitue L’Or du Rhin, raconte les origines du drame en quatre scènes jouées sans interruption. Au fond du Rhin repose l’Or, gardé par trois ondines (les filles du Rhin). Le Nibelung Alberich, en voulant séduire l’une de ces sirènes, attise par son comportement et son empressement les moqueries de ces dernières. Par déception, et parce qu’il sait qu’il ne fera rien de cet or sans cela, Alberich maudit l’Amour et vole l’Or du Rhin afin de forger un anneau donnant une puissance illimitée et apportant la richesse à celui qui le possède. Cet anneau ainsi que les richesses accumulées par Alberich lui sont dérobés par Wotan, sur le conseil de Loge, afin de payer le salaire de Fasolt et Fafner, géants bâtisseurs du Walhalla qui doit devenir la demeure des dieux. Fou de colère et de douleur, Alberich maudit l’anneau, qui causera désormais la perte de quiconque le possédera. Wotan voudrait garder l’anneau pour lui mais Erda lui conseille de fuir la malédiction qui y est attachée, car le Crépuscule des dieux est proche. La malédiction fait son effet : Wotan cède l’anneau aux géants, mais au moment du partage du butin, Fafner tue son frère Fasolt afin de posséder l’anneau. Effrayé mais encore persuadé qu’il pourra agir sur les événements à venir, Wotan invite les dieux à entrer au Walhalla tandis que les filles du Rhin pleurent la perte de l’or pur et lumineux (L’Or du Rhin, Das Rheingold ; pour lire l’argument complet, cliquer ici)

La première journée narre les amours tragiques de Siegmund et Sieglinde, les jumeaux incestueux et adultères que Wotan a eus d’une mortelle, ainsi que les tentatives vouées à l’échec de Wotan afin de se protéger de la malédiction de l’anneau. Fricka, déesse du mariage, est insultée par la relation incestueuse des enfants de son mari, si bien qu’elle contraint Wotan à abandonner Siegmund dans le combat qui l’oppose à Hunding, époux légitime de Sieglinde. Il confie cette tâche à sa fille Brünnhilde. Mais, touchée par l’amour passionné des jumeaux et persuadée que profondément Wotan ne peut pas vouloir la mort de son fils, Brünnhilde désobéit et protège Siegmund. Wotan, contraint d’intervenir lui-même dans le combat, décide de punir sa fille. Brünnhilde est condamnée au sommeil sur un rocher entouré des flammes du dieu Loge : seul celui qui ne connaît pas la peur pourra les franchir et aller réveiller la vierge, recevant ainsi sa main (La Walkyrie, Die Walküre ; pour lire l’argument complet, cliquer ici)

La deuxième journée est centrée sur le personnage de Siegfried, fils de Siegmund et de Sieglinde, mais aussi sur la lutte entre Wotan, devenu le voyageur, et Alberich au sujet de l’anneau. Le nain Mime, frère d’Alberich, a élevé Siegfried afin qu’il tue le géant Fafner transformé en dragon et lui conquière ainsi l’anneau ; en effet, l’adolescent ne sait pas ce qu’est la peur, il l’envoie donc auprès du dragon afin que celui-ci « l’instruise ». Grâce à l’épée de son père reforgée, Notung, Siegfried tue Fafner et s’approprie le trésor et l’anneau sans en comprendre la signification. Après s’être débarrassé de Mime qui cherchait à l’empoisonner, et instruit par l’oiseau de la forêt, Siegfried, qui ne connaît toujours pas la peur, part à la recherche de la « vierge qui dort », qui n’est autre que Brünnhilde. En chemin, il se heurte violemment à « Wotan-voyageur ». Celui-ci prétend lui barrer la route ; il ne supporte pas d’être dépassé par son insolent petit-fils. D’un coup d’épée, Siegfried fait voler en éclats la lance du dieu, symbole de son pouvoir. Wotan est brisé, ses lois détruites par l’homme véritablement libre. Siegfried éveille Brünnhilde et devient son époux (Siegfried ; pour lire l’argument complet, cliquer ici)

La troisième et dernière journée dénoue les fils du drame au travers de péripéties vécues par Siegfried et Brünnhilde au royaume de Gibich. Siegfried a perdu la mémoire à la suite des manœuvres de Hagen, fils d’Alberich, qui est résolu à reconquérir l’anneau. Il tombe amoureux de Gutrune, sœur du roi Gunther. Brünnhilde, folle de douleur, accuse publiquement Siegfried de trahison. Il se défend s’engageant à être déchiré par la lance de Hagen s’il a menti. À l’occasion d’une partie de chasse, Hagen rend la mémoire à Siegfried. Ce dernier révèle qu’il a connu Brünnhilde. Il a donc été parjure et Hagen le tue. Mais Brünnhilde, qui entre-temps a pris conseil auprès des filles du Rhin, est désormais instruite de l’ensemble des événements. Elle comprend à la fois son erreur, le sens véritable de l’anneau, ainsi que le désir profond de son père Wotan : il aspire au crépuscule des dieux. Brunhilde fait porter le corps de Siegfried sur un bûcher sur lequel elle-même se précipite, rejoignant son époux dans la mort et lavant ainsi l’anneau de toute malédiction. Le Rhin déborde afin de noyer l’incendie. Hagen, qui tentait de s’emparer de l’anneau, est entraîné dans les profondeurs par les filles du Rhin. L’incendie a gagné le ciel. Tandis que les filles du Rhin jouent en riant avec l’anneau reconquis, le Walhalla brûle. Les dieux périssent. Un monde nouveau peut naître sur la terre (Le Crépuscule des Dieux, ; pour lire l’argument complet, cliquer ici)

Vous souhaitez apporter des informations complémentaires et ainsi enrichir cet article, contactez-nous !

LE MUSEE VIRTUEL RICHARD WAGNER