FESTSPIELHAUS, BAYREUTH (ALLEMAGNE)

Chef d’oeuvre architectural et prouesse technologique, novateur et révolutionnaire, le Palais des Festivals de Bayreuth inauguré en août 1876 fut conçu par le compositeur pour y faire représenter les quatre opéras qui forment le cycle de La Tétralogie. Cette aventure, c’est le résultat de près de vingt-cinq années de composition, de réflexions artistiques et philosophiques mais également de pourparlers politiques et financiers avec les plus grands de son époque. L’aventure se poursuit toujours de nos jours, les héritiers du compositeur se succédant les uns aux autres pour le meilleur comme parfois pour… le plus inattendu !

FESTSPIELHAUS

BAYREUTH (Allemagne)

LE PALAIS DES FESTIVALS DE BAYREUTH
Mythique palais des festivals, lieu unique où la légende wagnérienne s’est forgée au travers de représentations inoubliables ! La salle inaugurée en 1876 marque par sa modernité : disposition en amphithéâtre, fosse d’orchestre invisible et  double cadre de scène. On y verra la création de la Tétralogie et de Parsifaldont les orchestrations ont été conçues pour les spécificités acoustiques inégalables de la salle. Si Wagner avait à l’origine souhaité que le Festspielhaus actuel ne soit que temporaire mais fort heureusement il a résisté au temps et à l’Histoire.

LE FESTIVAL DE BAYREUTH
HISTOIRE ET VISITES GUIDÉES

HISTOIRE

Bayreuth n’était pas le premier choix. Lorsque Richard Wagner réalisa une esquisse grossière de son idée de Festival en 1850, ses pensées tournaient autour de Zurich ou de Weimar, et plus tard autour de Munich. Vingt ans passèrent jusqu’à ce que, en termes de jargon moderne, il « googla » le nom de la gemme franque ; Hans Richter l’avait orienté vers l’Opéra des Margraves de la ville de Bayreuth, inoccupé. Un an plus tard, la première visite de la ville révéla que la salle n’était pas adaptée à la représentation de la Tétralogie, mais la ville plut au compositeur. Le 22 mai 1872, la première pierre fut posée, mais la construction s’arrêta peu de temps après : la tentative d’ériger le Palais des Festivals actuel à partir d’un « projet de financement participatif » échoua. Ce n’est que lorsque le roi Louis II fournit les fonds nécessaires au moyen de crédits que la construction continua. Le 13 août 1876, le premier Festival de Bayreuth ouvrait ses portes.

L’IDÉE DE FESTIVAL

« Je pense vraiment à mettre Siegfried en musique, mais je ne peux pas me réconcilier avec l’idée de faire confiance à la chance et d’avoir l’œuvre produit par le tout premier meilleur théâtre qui se présente : au contraire, j’envisage les plus audacieux des plans […]. Selon ce plan, j’aurais un théâtre, fait de planches, érigé ici sur place et j’aurais les chanteurs les plus appropriés qui se joindraient à moi ici et j’organiserait tout ce qui est nécessaire pour cette occasion spéciale, afin que je sois certain d’avoir une représentation exceptionnelle de l’opéra. »

“Je pense vraiment à mettre Siegfried en musique, mais je ne peux me résoudre à le faire exécuter dans le premier théâtre qui se présenterait : au contraire, j’envisage le plus audacieux des projets. Projets qui verraient s’ériger ici-même un théâtre fait de planches et dans lequel seraient réunis les chanteurs spécialement choisis pour l’occasion afin d’assurer la meilleure des représentations” Richard Wagner à Ernst Benedikt Kietz (1816 – 1892), 14 septembre 1850

Richard Wagner a fait ses premières expériences théâtrales à Magdebourg, Koenigsberg et Riga, où il fut le premier maître de chapelle de 1837 à 1839. Le théâtre, surnommé de façon peu flatteuse « grange » par certains musiciens, l’impressionna par sa simplicité. Le biographe Carl-Friedrich-Glasenapp mentionne que Wagner avait, rétrospectivement, dit à un musicien que trois choses étaient restées dans son esprit : « Tout d’abord, la hauteur du bâtiment, comme un amphithéâtre montant du parquet, deuxièmement l’obscurité de l’auditorium et troisièmement l’orchestre, plutôt profond. S’il venait à construire un théâtre selon ses désirs, il considérerait ces trois choses. »

En 1846, Richard Wagner fut nommé maître de chapelle de la cour royale de Saxe. Précédant cette annonce furent les premières très réussies de Rienzi et du Vaisseau Fantôme. Il découvre les courants révolutionnaire à Dresde et s’intéresse aux idées anarchistes ; c’est dans cet environnement social qu’il formule des thèses pour le renouveau de l’art et du théâtre.  Après avoir activement participé aux soulèvements dans la ville en 1849, il dût fuir l’Allemagne du jour au lendemain. Durant son exil suisse, il conçut sa vision du « Gesamtkunstwerk du Futur » (une synthèse de nombreuses formes d’art individuelles) et esquissa pour la première fois son idée de Festival dans une lettre à E.B. Kietz. Sur son bureau se trouva également un écrit datant de ses années à Dresde : une étude préliminaire en prose avec le titre « The Nibelungensaga » (La Chanson des Nibelungen), écrit en 1848.

 

LA LUTTE AUTOUR DU RING

« J’ai l’intention de produire mon mythe en trois drames complets précédés d’un grand prélude. Avec ces drames, bien que chacun d’eux soit censé former un tout autonome, je n’ai toujours pas de « pièces de répertoire » selon les éléments théâtraux modernes, mais pour leur représentation, je suis le plan suivant : au cours d’un festival spécifiquement conçu de trois jours plus une soirée précédente, j’ai l’intention de faire jouer ces trois drames ensemble avec le prélude. Je considère le but de cette représentation comme étant parfaitement accompli si je réussis, avec mes camarades artistiques, les vrais interprètes, à partager avec les spectateurs qui se sont réunis les quatre soirées pour découvrir mon intention, cette intention de transmettre des sentiments artistiquement vrais (et non critiques) et de la compréhension. Une autre conséquence m’est tout aussi indifférente qu’elle me paraît superflue. » Richard Wagner, Une Communication à Mes Amis, 1851

Six ans plus tard, « l’expérience culturelle et politique » de Wagner fut suivie par l’annonce du Ring : pour Theodor Uhlig, Wagner formula une idée de Festival, ce qui peut aussi être interprété comme une sorte de Crépuscule des Dieux : « Je ne peux penser qu’à une représentation après la révolution : seule la révolution m’apportera les artistes et le public. La prochaine révolution doit nécessairement mettre un terme à toute notre industrie théâtrale : ils doivent et vont tous s’effondrer, c’est inévitable… À partir des ruines, j’appellerai alors ensemble, à moi, ce dont j’ai besoin : je trouverai alors ce dont j’ai besoin. Au Rhin, je monterai alors un théâtre et j’inviterai les gens à un grand festival dramatique : après une année de préparation, j’arrangerai, sur quatre jours, toute mon œuvre, que je donnerai aux gens de la révolution pour reconnaître l’importance de cette révolution, selon leur sens le plus noble. »

Les conséquences personnelles de sa participation à la révolution de 1848-1849 à Dresde n’ont été atténuées qu’en 1862, lorsque le roi de Saxe émit une amnistie. Le compositeur resta quand même en fuite : cette fois, c’étaient les contribuables et les créanciers qui harcelaient Wagner. Bien que les plans pour un futur Festival et le théâtre correspondant aient pris des formes concrètes, il ne fut pas possible de les mettre en œuvre. Le financement devrait être fourni par des mécènes privés – Wagner restait utopique à ce sujet. Le sauvetage de l’erreur de jugement eut lieu, d’une manière pas particulièrement révolutionnaire, via le roi Louis II, son futur mécène. Il appela Wagner à Munich et voulut lui construire un palais des festivals à cet endroit, dans lequel « l’Anneau du Nibelung » devait être joué. Gottfried Semper fut engagé comme architecte.

 

PÉNURIE D’ARGENT ET POSE DE LA PREMIÈRE PIERRE

« Mes amis et mes précieux mécènes ! À travers vous, je suis placé aujourd’hui dans une position qu’aucun artiste n’a jamais imaginé avant moi. Vous croyez ma promesse de fonder pour les Allemands un théâtre qui leur soit propre, et me donnez les moyens d’ériger ce théâtre avec des ébauches claires devant vous. » Richard Wagner à la pose de la première pierre, 22 mai 1872

La première idée de Semper était d’incorporer un théâtre sans loges dans le palais des glaces de Munich, pendant que Louis II l’exhorta à construire un bâtiment monumental sur l’Isaar.  Les plans ne virent pas le jour parce que Richard Wagner voulait garder le contrôle du projet et construire un vrai bâtiment inspiré de l’amphithéâtre. En 1871, il arriva pour la première fois au Bayreuth franconien, suite à une recommandation de Hans Richter. Là, il visita l’Opéra des Margraves, recommandé pour la production du Ring, et dût se rendre compte que l’auditorium était trop petit pour son projet. Mais il prit goût à la ville – et elle l’apprécia aussi en retour. Pour réaliser son idée de Palais des Festivals, le terrain dans la banlieue de St. Georgen lui a été donné. La planification architectonique de la maison fut prise en charge par Otto Brückwald, Wagner lui-même s’occupa du financement, avec plus ou moins de succès. Une association de mécénat, déjà fondée en 1870, devait lever 300 000 thalers pour assurer la construction du théâtre prévu et les coûts des représentations. La première pierre fut posée le 22 mai 1872. À cette occasion, Richard Wagner joua la Neuvième Symphonie de Beethoven à l’Opéra des Margraves. Quinze mois plus tard, lors de la cérémonie d’inauguration en août 1873, un grand feu d’artifice sur la ville annonça le futur Palais des Festivals.

Il fallut quatre ans pour que le bâtiment soit terminé. Ce qui semble incroyablement rapide aujourd’hui était presque un désastre pour les plans de Wagner. Dans de nombreux cas, le bâtiment menaça d’échouer, les artisans ne pouvaient plus être payés, l’intérêt des potentiels festivaliers était en deçà des attentes. Louis II, pendant longtemps, laissa sans réponse les demandes d’argent de son compositeur vénéré jusqu’à ce qu’en 1874, il accorde un prêt (selon l’échelle actuelle, environ 1,7 million d’euros, qui fut entièrement remboursé par la famille Wagner en 1906). En novembre 1874, la composition de  l’Anneau du Nibelung fut complétée avec le Götterdämmerung (Crépuscule des Dieux), et l’été suivant, les répétitions commencèrent pour le premier cycle de représentation complet.

 

13.8.1876 : « TERMINÉE L’ŒUVRE ÉTERNELLE »

« Je ne pensais pas que tu vous le feriez », dit l’Empereur. Mais qui n’a pas partagé ce scepticisme ? … Si je me demande sérieusement qui a rendu cela possible pour moi, que sur la colline près de Bayreuth il y ait érigée une grande salle de théâtre entièrement exécutée, selon mes spécifications, qui doit être imitée par tout le monde du théâtre moderne, avec les meilleures forces musicales dramatiques rassemblées autour de moi afin d’entreprendre volontairement une mission artistique inédite, nouvelle, difficile et épuisante, et pour l’accomplir avec plaisir à leur propre étonnement, je ne peux tout d’abord que pointer vers ces artistes efficaces… » Richard Wagner rétrospectivement au sujet du premier Festival

Le succès est différent : les premiers Festivals (avec trois cycles) se sont soldés par un désastre financier (déficit d’environ 1,1 million d’euros) ; le Palais des Festivals fut vide pendant six ans après cela. Cependant, Richard Wagner n’a pas démissionné artistiquement, mais il négocia  un contrat de financement avec Munich : Bayreuth a reçu un prêt sans intérêt d’environ 750 000 euros sur la base des tarifs actuels, qui a été remboursé à partir des royalties des représentations de Wagner à Munich. Pour Bayreuth, il annonça la production de toutes les œuvres principales (Cosima Wagner, 1886). La première de Parsifal  eut lieu le 26 juillet 1882 ; Festival de Bayreuth. Six mois plus tard, Richard Wagner mourra à Venise. Sa tombe est dans le jardin de la Villa « Wahnfried ».

 

VISITES GUIDÉES
DANS LE PALAIS DES FESTIVALS

Au cours de la visite guidée, vous vous tenez dans la légendaire fosse d’orchestre, découvrez les gigantesques machineries scéniques, entrez dans l’auditorium et le foyer. Cependant, ces accès aux coulisses ne peuvent pas être accordés pendant la saison festivalière : du début des répétitions jusqu’à la dernière représentation. Du 1er juin 2018 au 31 août 2018, il n’y aura pas de visites guidées .Il est prévu que le Festspielhaus sera à nouveau ouvert au public à partir de septembre 2018. Nous demandons aux groupes (de 12 personnes jusqu’à un maximum de 50 personnes) de s’inscrire en principe, mais nous encourageons vivement les personnes à se renseigner pour savoir si une visite du palais des festivals est possible à la date souhaitée.

 

VISITE DU PALAIS DES FESTIVALS DE BAYREUTH
INFORMATION ET INSCRIPTION
Bayreuth Marketing & Tourismus GmbH Informations touristiques
Opernstraße 22, 95444 Bayreuth
Tel : +49 921 885 88 – Fax : +49 921 885 755

Email : info@bayreuth-tourismus.de
Site internet : www.bayreuth-tourismus.de

 

Vous souhaitez apporter des informations complémentaires et ainsi enrichir cet article, contactez-nous !

LE MUSEE VIRTUEL RICHARD WAGNER